La mer en mouvement...

Comment cela fonctionne-t-il ?

> En partenariat avec l'Ifremer, Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer...

La mer est toujours en mouvement

Houle, vagues, marées, courants, tsunami... la mer est toujours en mouvement. Ces mouvements sont en fait des ondes qui correspondent aux déformations de la surface de la mer. Comment cela fonctionne-t-il ?

Bathysonde

Les vagues sont générées par le vent sur l’ensemble des mers du globe. Quand le vent faiblit, les vagues continuent à se propager librement : c’est ce qu’on appelle la houle. Aux abords des côtes, ces vagues sont modifiées par la présence du fond. Enfin, elles déferlent sur la plage, ou sur les hauts-fonds, dès que la profondeur est inférieure à environ deux fois la hauteur des vagues.

La marée est le mouvement périodique de montée et de descente du niveau de la mer. C’est une déformation de la surface des océans en réponse à l’attraction gravitationnelle de la Lune et du Soleil sur les océans. Comme la terre tourne sur elle même, cette déformation se propage telle une onde qui tend à suivre le mouvement apparent de la lune et du soleil.

En France, c’est le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine, le Shom, qui prédit les marées sur le littoral français. On peut ainsi trouver les horaires des marées dans les annuaires, les journaux locaux, internet...

Les courants de marées correspondent au déplacement horizontal d’énormes volumes d’eau sous l’effet de la marée. Ils sont surtout perceptibles dans la zone côtière et leur connaissance est importante pour la navigation. Ils contribuent aussi au transport de matériaux fins (sédiments, boues, polluants mais aussi larves d’organismes marins).

Les courants profonds sont basés sur des différences de température (l'eau froide est plus dense que l'eau chaude) et de salinité (l'eau salée est plus dense que l'eau douce), entre les différentes couches de l'océan. Les eaux chaudes de surface se chargent en sel, à cause de l'évaporation, ce qui tend à les rendre plus denses. En hiver, lors de la formation de la banquise, la glace une fois formée expulse le sel qui alourdit encore davantage l'eau non gelée qui devient « tellement » dense qu'elle plonge vers les profondeurs.

Vague

Des vagues particulièrement redoutables

La vague dite « scélérate» est totalement démesurée et anormale par rapport aux conditions de mer qui règnent lorsqu’elle survient. Elle se caractérise par sa hauteur deux fois supérieure à la hauteur significative de l’état de la mer. Elle est générée par la combinaison de trains d’ondes dus au vent. Contrairement aux vagues classiques, les vagues scélérates concentrent une proportion inattendue d’une énergie qui aurait dû se disperser.

Dans la nuit du 21 au 22 mai 2006, le car-ferry Pont-Aven de la BAI a été frappé par une vague d’une vingtaine de mètres au large d’Ouessant. Les précédentes ne faisaient pourtant que 6 à 7 mètres.

Les raz-de-marée (tsunamis) ont une origine sismique, le plus souvent un glissement de terrain ou du volcanisme sous-marin. L’ébranlement concerne alors toute la tranche d’eau. La vague semble se déplacer d’un bloc. On l’appelle onde solitaire mais le phénomène est généralement constitué d’une succession de vagues. Au large, l’amplitude du raz-de-marée se mesure en centimètres et n’est pas ressenti. En revanche, lorsque les fonds remontent, l’énergie de la vague s’amplifie, enfle et déferle.

Les mascarets apparaissent dans certains embouchures de fleuves. L’onde de marée, ralentie par la faible profondeur, voit ses composantes s’empiler. Elle peut alors se transformer en une vague visible et déferler. Les mascarets sont en général des phénomènes locaux et connus, affectés par les coefficients de marée et le vent et  ils peuvent disparaître grâce à des travaux d’aménagement.

Pour plus d’informations : http://www.ifremer.fr/institut/ - http://www.ifremer.fr/lpo/cours/index.html
« 250 réponses aux questions d’un marin curieux », P. Y. Bely, Editions du Gerfaut, 2004.
www.previmer.org

Illustrations : Mise à l’eau d’une bathysonde (mesure température, salinité) ©Ifremer/Stéphane Lesbats - Vague à la pointe de Bretagne©Ifremer/Olivier Dugornay.