Sécurité en kayak et aviron de mer

La sécurité...

En partenariat avec la Fédération de la Plaisance en Kayak de Mer

• Si vous êtes en difficulté, ne quittez jamais votre embarcation, vous risqueriez de ne pas être retrouvé.
• Portez toujours votre gilet de sauvetage, à défaut, gardez-le à portée de main.
• Méfiez-vous des vents de terre ou des courants rendant votre navigation difficile.

Devant Le Créac'h à Ouessant

Équipement

• Un gilet de sauvetage de flottabilité 50 N.
• Sur vous, même de jour, une lampe torche étanche ou mieux une lampe à éclats, et si possible une VHF portable étanche.
• Portez les vêtements et équipements individuels adaptés aux conditions de navigation (température, vent).
• Ayez toujours à bord les moyens de remonter seul dans votre kayak, et soyez entraîné à les utiliser.
• Ayez toujours des moyens d’assèchement et de remorquage.

Contacts

• Prévenez vos proches à terre de la zone où vous naviguez et de votre progression.
• Utilisez la VHF pour signaler aussitôt tout problème sérieux.

Navigation

• Restez en groupe pour vous entraider (navigation de conserve).
• Ayez à l’esprit les prévisions météo et votre situation par rapport aux heures et courants de marée.
• Respectez les « priorités » des autres navires (Ripam). Tout chef de bord est tenu d’éviter les collisions même s’il est « privilégié ».

A plus de 2 milles d’un abri

Ayez à bord les moyens de signalisation (miroir, sifflet et 3 feux rouges à main), et de navigation (compas, carte marine et document sur le balisage). Toute action entreprise pour améliorer la sécurité du kayakeur contribue à sa survie, d’abord en mer, mais aussi à terre. Le texte suivant est un support de réflexion et de prise de conscience pour inciter chacun à apprendre et s'entraîner en fonction de son auto discipline, libre mais responsable.

Devant Nividic à Ouessant

Récupération, sauvetage, survie

• Récupération
C'est l'ensemble des techniques et de leurs modes opératoires, qui permettent à un kayakeur ou à un groupe de kayakeurs de se tirer d'affaire sans assistance extérieure.
• Sauvetage
Qui dit sauvetage dit danger de mort, avec en corollaire l'implication des différents services de secours dirigés par les CROSS et réalisés par des délégataires qui participent à l'action de l'Etat en mer.
• Survie
C'est durer plus longtemps. Pour y parvenir, il faut posséder :
- Un psychisme à toutes épreuves.
- Une parfaite condition physique.
- La maîtrise de certaines techniques élémentaires en ce qui concerne la "survie en mer".

Quelques axiomes

  • 1 - Planifier vos navigations en fonction du niveau du participant le plus faible.
  • 2 - Lors de vos navigations à plusieurs, interrogez-vous sur vos capacités et celles des membres de l’équipe à vous porter mutuellement assistance dans des conditions de mer difficiles. Autrement dit, quelles sont mes limites et celles de mes coéquipiers ?
  • 3 - En toutes circonstances, soyez persuadés que vous ne pouvez compter que sur vous seul. Attachez-vous, dans les situations d’urgence, à conserver votre sang froid et la volonté de vivre. L’entraînement permet d'éviter les déceptions du débutant. L’apprentissage des techniques, et ce dans tous les domaines, est bon à prendre quelque soit son âge.

Ainsi connaissant vos limites, confronté à un gros souci, vous aurez le sang froid indispensable à une analyse de la situation vous permettant une prise de décision rapide et adéquate, en sachant que vous pouvez compter sur vous.

En guise de conclusion...
• L'esquimautage est la meilleure et la plus sécurisante manière de récupérer si jamais vous dessalez. C'est rapide et vous n'avez pas à sortir de votre kayak, ni à trouver un moyen de le vider puis réembarquer.
• Esquimauter est un signe de succès, avoir à esquimauter est un signe d'échec...

Plus de conseils...

En partenariat avec la Fédération de la plaisance en kayak de mer,
affiliée à l’Union nationale des associations de navigateurs, UNAN
66 rue Georgette Guesdon, 53000 Laval.
www.pagayeursmarins.org
fpkm@pagayeursmarins.org

 

(Photos : Pagayeurs Marins)