L'action de Jacques de Thézac

Jacques de Thézac. Aider les marins...

Breton d’adoption, Jacques de Thézac prend conscience des misères de l'époque. Passionné, il mesure au cours de ses croisières celle des marins-pêcheurs. Dès lors, sa vie bascule. Il décide de se consacrer à l'amélioration des conditions d'existence des gens de mer. Éduquer les marins, améliorer leurs conditions de vie et les détourner de l'alcool, telle est la mission qu'il se fixe.

L'Almanach du Marin Breton

Couverture de l'Almanach 1899Dans l'avertissement de la première édition publiée en 1899 (un retirage de cet ouvrage est en vente sur la boutique du site), Thézac présentait l'Almanach comme un vade-mecum réunissant « tout ce qui peut être utile, commode, agréable et amusant pour les marins bretons ».
L'ouvrage était avant tout conçu comme un manuel pratique. Outre le calendrier des marées et la liste des phares et balises, on y trouvait des instructions de pilotage et quantité d'articles spécialisés sur la lecture des cartes marines, l'usage des instruments de navigation, la construction navale, le sauvetage, l'hygiène à bord, etc..
Mais l'Almanach était également un manuel d'éducation morale. Thézac y prônait le respect des vertus traditionnelles comme le patriotisme, l'amour du foyer, le courage, la foi, la charité. Son principal objectif était de « Convaincre le pécheur des mensonges de l'alcool et de l'aider à s'en détourner ». Au fil des pages, la propagande antialcoolique mêlait habilement caricatures, maximes, chansons satiriques, réquisitoires et conseils de médecin. Proposée comme un moyen efficace « d'acquérir et d'accroître la santé, la force et la beauté », la culture physique faisait aussi l'objet de nombreux articles.

L'Almanach étant vendu à perte, l'Œuvre des Abris du Marin devait chaque année combler un déficit important, mais cela au profit d'un succès sans cesse grandissant. De 6 000 exemplaires en 1899, le tirage passa à 13 000 les années suivantes pour culminer à 22 000 en 1914. Après l'interruption de la guerre, la reprise fut difficile et le tirage évolua lentement de 7 000 exemplaires en 1920 à 22 000 en 1939.
En 1927, Thézac séparait le budget de l'Almanach de celui des Abris du Marin afin d'obtenir un meilleur équilibre financier. L'Œuvre de l'Almanach du Marin Breton avait désormais un fonctionnement autonome.

Le Père Benoît-JosephEn 1935, le philanthrope en confiait la direction au Père Benoît-Joseph. Dès lors, le contenu de la publication devenait plus politique, avec notamment des attaques virulentes contre le communisme et des commentaires sur les textes pontificaux. En 1956, à la mort du Père Benoît-joseph, une petite équipe réunie autour de Mlle Roux prenait la suite. Elle devait assumer la continuité jusqu'en 1970. Depuis cette date, l'Almanach est édité par l'Œuvre du Marin Breton, une association installée à Brest. Il est conçu et réalisé en toute indépendance par des bénévoles qui revendiquent l'héritage de Jacques de Thézac. (...).

115 éditions plus tard, l’Almanach du Marin breton, ouvrage réglementaire agréé par l’Administration maritime indispensable à bord, regroupe toujours les informations nautiques nécessaires à la navigation professionnelle ou de plaisance : météo, annuaire des marées, radionavigation, livre des phares et feux, description et contacts de près de 350 ports, textes réglementaires. Il est remis à jour chaque année. Changez-le tous les ans pour être vraiement en règle !

Les ressources tirées de sa diffusion contribuent à l’action sociale de l’Œuvre du marin breton.

Les Abris du Marin

Abri de Douarnenez


Pour être plus  très efficace, Jacques de Thézac passe des mots à l'action. Il décide d’offrir aux pêcheurs des locaux sains, chauffés, confortablement aménagés, des salles de réunion et d’éducation : les Abris du Marin, inspirés des sailor's homes britanniques.
De 1900 à 1933, onze Abris du marin sont implantés dans des ports du Finistère et un dans le Morbihan. Outre une salle de presse où étaient donnés des conférences, des cours de perfectionnement en navigation ou des séances de projection, les Abris comportaient une bibliothèque, un dispensaire, des chambres pour les marins de passage, des ateliers et un préau équipé de matériels de gymnastique. Aux abords, étaient organisés concours de natation, de maquettes de bateaux, de godille ou de chanson...
Avec l'amélioration des conditions de vie des pêcheurs, de nombreux Abris du Marin disparaissent après les années cinquante. Jacques de Thézac s’en serait réjoui...

Filiation historique de l'Œuvre du Marin Breton

  • 1899 : Création de l'Almanach du Marin Breton
  • 1899 : Essai du premier Abri du marin sur l'île de Sein
  • 1900-1933 : Création de 11 Abris du Marin (premier Abri du marin au Guilvinec, en 1900). Chaque Abri était doté d'une association locale sous la direction de l’Œuvre des Abris du Marin. Celle-ci fut présidée jusqu'en 1936 par Jacques de Thézac.
  • 1936 : Décès de Jacques de Thézac.
  • 08 août 1937 : Création de l'association « Les Frères de la Côte » (Sous-préfecture de Brest, le 9 août 1937) sous la présidence du Père Benoît-Joseph (R.P. Bouvier au civil). Celui-ci a hérité de Jacques de Thézac la mission de poursuivre l'Almanach du Marin Breton.
  • 26 août 1937 : « Les Frères de la Côte » achètent un terrain au Fret (Crozon).
  • 01 juillet 1956 : Création de l'association « Le Foyer » (Sous-préfecture de Châteaulin), présidée par Mlle Marcelle Roux.
  • 15 octobre 1956 : Vente des biens de l'association « Les Frères de la Côte » à l'association « Le Foyer ».
  • 14 novembre 1968 : Création de l'association « L’Œuvre du Marin Breton », rue Jeanne Maistre à Brest.
  • 11 février 1969 : Dissolution de l'association « Le Foyer ».
  • 06 novembre 1969 : Transfert du siège social de l’Œuvre du Marin Breton, rue Francis Garnier à Brest.
  • 17 janvier 1979 : Transfert du siège social de l'OMB rue Lostallen à Brest.
  • 30 avril 2009 : changement des statuts de l'association.
  • Aujourd'hui : l'association a son siège social à Brest, 24 Quai de la Douane.