Les équipements de sécurité - Œuvre du Marin Breton

Boutique
Contact
Les équipements de sécurité
Dans sa nouvelle version, le texte de cette Division 240 (décembre 2014) insiste sur l’importance et la responsabilité du chef de bord...
Côté définition, c’est «un membre d’équipage responsable de la conduite du navire, de la tenue du journal de bord (lorsqu’il est exigé), du respect des règlements et de la sécurité des personnes embarquées.
Le chef de bord s’assure que tous les équipements et matériels de sécurité répondent aux dispositions de conformité du navire et à la réglementation en vigueur. Ces équipements embarqués, doivent être adaptés à l’équipage et en bon état. Le matériel prescrit par la réglementation constitue bien souvent le minimum requis.

Les équipements de sécurité des navires de plaisance (Décembre 2014)

Le chef de bord s’assure que tous les équipements et matériels de sécurité répondent aux dispositions de conformité du navire et à la réglementation en vigueur. Ces équipements embarqués, doivent être adaptés à l’équipage et en bon état. Le chef de bord les met en oeuvre lorsque les conditions l’exigent.
Le «chef de bord» d’une embarcation (petite ou grande) est responsable de la sécurité du bateau et des personnes embarquées. Cette responsabilité morale évidente peut aller jusqu’à la survie des personnes ; aussi, pour l’assumer au mieux, il est utile de faire l’inventaire des points essentiels à vérifier et parfois d’anticiper sur les comportements en cas d’incident car «pour ne pas regretter, mieux vaut prévoir…»
C’est à vous de prendre la mesure des risques encourus par les personnes embarquées et d’évaluer, en dehors des équipements réglementaires requis quels moyens sont adaptés pour garantir la sécurité des vos passagers.

Sensibiliser son équipage à l’importance de l’aspect sécurité

– le port du gilet ne doit pas être perçu comme une contrainte : même une personne sachant nager, ne dispose que de 15 mn avant d’être en hypothermie. Le gilet est un bon moyen visuel d’être repéré en cas de chute par dessus bord…
– un rappel du fonctionnement de la VHF et de l’organisation des secours est utile et instructif ! Cela prend quelques minutes qui peuvent s’avérer essentielles ensuite.
– la visualisation et la localisation préalables des fusées et de l’extincteur peut éviter la panique et faire gagner un temps précieux (surtout si c’est le chef de bord qui est défaillant ou blessé !).

Ecrire et faire lire les consignes

Portez les information que vous jugerez utile à la connaissance de votre équipage (check list, page de recommandations…). C’est un bon moyen de sensibilisation et de prise en compte de l’importance de la sécurité à bord . Il appartient au chef de bord d’imposer ses décisions et d’évaluer, en fonction du temps, du degré de pratiqueet de connaissance de son équipe, si l’on doit impérativement ou non capeler le gilet ou le VFI.

matériel de sécurité

• Basique : jusqu’à 2 milles d’un abri.
• Côtier : jusqu’à 6 milles d’un abri.
• Semi-hauturier : jusqu’à 60 milles.
• Hauturier : au-delà de 60 milles d’un abri.
Cas particulier : les annexes, embarcations utilisées à des fins de servitude à partir d’un navire porteur, ne peuvent s’éloigner à plus de 300 mètres d’un abri. Le navire porteur est considéré comme un abri. Néanmoins, à plus de 300 mètres de la côte, il faut embarquer un moyen de repérage lumineux ainsi qu’un équipement individuel de flottabilité par
personne.

Limite d’utilisation du navire

Hormis les planches, les embarcations mues par l’énergie humaine, les véhicules nautiques à moteur et les engins de plage, le choix de la distance de navigation par rapport à un abri est laissé à l’initiative du chef de bord. Il dispose pour cela de la catégorie de conception du navire.

Choix des équipements

Le chef de bord doit choisir l’option la plus adaptée parmi les équipements suivants:

Équipement individuel de flottabilité (EIF).

Il doit être adapté à la morphologie de l’utilisateur et répondre aux caractéristiques suivantes :
– 50 newtons au moins (aide à la flottabilité) pour une navigation jusqu’à 2 milles d’un abri
– 100 newtons au moins (gilet de sauvetage)pour une navigation jusqu’à 6 milles d’un abri ;
– 150 newtons au moins (gilet de sauvetage)pour une navigation toutes zones ;
– 100 newtons au moins (gilet de sauvetage) pour les enfants de 30 kg maximum quelle que soit la distance d’éloignement d’un abri.

Le bon état des gilets peut être vérifié sommairement avant chaque sortie en mer. Une inspection plus complète doit être réalisée au moins une foispar saison.

Moyen de repérage lumineux.
Pour être secouru il faut être vu. Au choix, il peut être collectif (lampe, projecteur, perche IOR, feu à retournement, etc.) ou individuel s’il est étanche et porté par chaque personne à bord.

Les conseils de la SNSM

Adaptez le matériel de sécurité embarqué à la navigation pratiquée. Le matériel prescrit par la réglementation constitue bien souvent le minimum requis. Dans tous les cas, embarquez systématiquement le matériel complémentaire suivant :
– une VHF, de préférence optez pour une VHF ASN ;
– un couteau et un minimum d’outils appropriés à votre bateau ;
– une paire de gants pour éviter de vous brûler si vous déclenchez les feux à main ;
– une montre ;
– une boîte de pièces de rechange, dont un filtre à carburant, des ampoules électriques ;
– des batteries supplémentaires pour faire fonctionner les accessoires tels que votre radio portative, votre lampe de poche et vos appareils de navigation portatifs ;
– pour les navires pour lequel il est exigé, un coupe-circuit de rechange ;
– une couverture de survie isothermique.
Toutes les personnes à bord doivent connaître le fonctionnement et le lieu de stockage des équipementsde sécurité. Brassières et gilets de sauvetage ne sont utiles que s’ils sont portés, faites le porter systématiquement dès que vous êtes sur l’eau et en particulier sur les annexes.

D'autres mesures de sécurité

Les infractions et leurs sanctionsLes sources légales et règlementaires sont : • Code disciplinaire et pénal de la marine marchande (loi du 17/12/1926) ; • Code pénal (art 223-1, 434-10, 314-1, 314-10, 610-5) ; • Loi du 1er avril 1942 relative à la règlementation des titres de navigation ; • Loi du 5 juillet 1983...
Le mémento sécurité    Télécharger le Mémento. Rappels administratifs Autocontrôles individuels Contrôles navire Prévention des accidents du travail Risque incendie Prévention des abordages en mer Équipements individuels de protection Déclenchements des secours Moyens d’alerte visuels Abandon du navire Récupération d’un homme à la mer Premiers secours Déclaration d’accident Contacts utiles Rappels administratifs Limites des permis...
Modalités et nouvelles conditions d'utilisationLes émetteurs-récepteurs du service mobile maritime dans la gamme des ondes métriques (VHF) sont des éléments importants de sécurité pour la navigation de plaisance et l’organisation des secours en mer. Afin de favoriser leur emploi par les plaisanciers, de nouvelles conditions d’utilisation de la VHF entrent en vigueur. Les obligations dépendent...
Toutes nos mesures de sécurité