Les VFi - Œuvre du Marin Breton

Boutique
Contact
Sécurité
Les VFi
Nous savons tous que la mer peut nous offrir le meilleur et le pire. Pour que le pire ne se produise pas, nous devons anticiper. Développer, individuellement et collectivement, une culture de la sécurité.

La vie continue ...

Le VFI, c’est une version moderne du gilet de sauvetage, déclinée en vêtements de travail et de plaisance adaptés à tous les types d’activités nautiques.
Première région pour le nautisme, la Bretagne n’échappe pas aux accidents : 2 opérations de sauvetage sur 3 (1 000 en tout) concernent chaque année la navigation de plaisance. Voilà pourquoi la Région veut agir au-delà de ses actions de prévention auprès des professionnels de la mer (programme mené avec l’Institut maritime de prévention, investissements de sécurité dans les bateaux de pêche, attribution d’un VFI à tous les lycéens de l’enseignement maritime…).

Quest-ce qu'un VFI ?

Le vêtement à flottabilité intégrée est un équipement de protection individuelle contre le risque de noyade suite à une chute par-dessus bord. Il est adapté à chaque morphologie (adultes et enfants) et il en existe de spécifiques pour les différentes pratiques nautiques (voile, kayak, ski nautique, planche à voile…).

Vous pouvez télécharger le Guide d’achat des VFI

Les VFI (Vêtements de travail à Flottabilité Intégrée) (Source iMP Lorient)
Ce guide a été réalisé dans le cadre de la campagne « En VFI, la Vie vous Va ! » pour la promotion du port effectif des VFI (Vêtements de travail à Flottabilité Intégrée). Débutée en 2006 et étalée sur deux ans, cette campagne a été orchestrée par l’Institut maritime de prévention de Lorient à la demande du Comité national des pêches maritimes et des élevages marins dans le cadre du « Plan sécurité pêche» élaboré par les ministères en charge des affaires maritimes et de la pêche.
Treize sessions d’informations et de démonstrations de VFI ont été organisées sur l’ensemble du littoral français, en métropole et Outre-mer. Le présent guide a été conçu à partir des informations recueillies auprès des 450 marins-pêcheurs et conchyliculteurs qui ont testé, en situation de travail, les différents modèles de VFI disponibles sur le marché. La liste des vêtements et équipements présentés dans ce guide est loin d’être exhaustive et est susceptible d’évoluer régulièrement.
Tous ces vêtements et équipements entrent dans le champ du décret n°2007-1227 du 21 août 2007 imposant le VFI à bord des navires de pêche.

Emmanuel Audrain, cinéaste, a présenté ses deux films documentaires dédiés à la survie en mer

Le DVD contenant ses films, encarté dans l’Almanach du Marin Breton 2010, a été financé par la Région Bretagne. Auteur de deux films documentaires consacrés à la survie en mer, le réalisateur a eu pour objectif de permettre le partage des expériences de marins de tous horizons et de sauveteurs.
« J‘ai donné la parole aux marins et aux proches des disparus pour qu’ils témoignent ».
« Ces deux films me tiennent à cœur. Deux de mes amis marins pêcheurs se sont perdus en mer. Jean-Yves à l’Ile d’Yeu et Guillaume Normant, dans le Raz de Sein en mai 2006, avec son passager Edouard Michelin. Guillaume était un marin prudent, portant constamment sa veste flottante. On l’aperçoit, remontant un bar, dans
VFi… La vie continue.
Je suis d’une famille, liée à la mer et plus particulièrement à la marine marchande. Pendant l’enfance et l’adolescence, je reçois – avec la pratique de la mer – une véritable initiation à l’autonomie et à la responsabilité.
J’entends encore la voix de mon père : «
Tu peux me raconter des « salades »… Mais la mer, elle, tu ne lui raconteras pas d’histoires !» Il disait encore : « Ta brassière pour faire du dériveur, tu la portes pour toi, mais aussi pour les plus jeunes qui te regardent.»
En 1998, je décide de ne plus jamais mettre les pieds sur un bateau, sans avoir un VFi sur le dos. Je rejoins ainsi de nombreux marins, aussi estimables que discrets. Réné Leroux est l’un d’eux. (Lui aussi, est dans
VFi… La vie continue). Patron du chalutier hauturier « An Dorchen » de Saint-Guénolé, René découvre en 1987 lors d’un salon de la pêche, les premiers cirés flottants. Il trouve l’idée géniale et en offre un, à chacun de ses matelots.
Sans faire de bruit, pendant plus de 20 ans, à chaque fois qu’ils manœuvraient, tous les hommes de cet équipage, portaient leurs cirés flottants. Retraités depuis peu, René et Joël Bargain, l’un de ses matelots, viennent d’embarquer comme bénévoles sur le canot de la SNSM. Ils viennent aussi de prendre le temps d’aller à la piscine… Pour apprendre à nager ! ».

Gravés sur DVD en 2009, les deux films sont édités dans un livret pédagogique de 12 pages, ils constituent de bons guides pour faire face à l’hypothermie. Région Bretagne, mission Aquaculture et Securité maritime, 283, avenue du Général Patton – CS 21101 – 35711 Rennes Cedex 7.

Témoignages (filmés dans le DVD d’Emmanuel Audrain)

Florian Morin – Régis Bougeard
Au large de Saint-Guénolé, le chalutier P’tit Boudet est en drague. Soudain, une « croche », le bateau se couche. Les deux marins pêcheurs se jettent à l’eau. Il est deux heures du matin. Malgré tous leurs équipements de sécurité : balise de détresse, bouées, fusées, radeau… Ils se retrouvent seuls dans l’eau et la nuit noire, autour d’une caisse à poisson.
Florian Morin, le patron : « Régis, mon matelot, retourne à bord du bateau qui coule, pour s’emparer de la bouée couronne. Il fait ça pour moi, qui ne sait pas nager. À ce moment, il me sauve la vie ! Plus tard, c’est moi qui prends soin de lui, en le faisant parler, chanter…» Saisi de tremblements, après plus de quatre heures dans une eau à 16°, il n’en peut plus. « C’est un couple de plaisanciers, à bord de leur voilier, qui nous ont sauvés. »

Thierry Dubois
Concurrent du troisième Vendée Globe, Thierry navigue à proximité de l’Antarctique. Dans une terrible tempête, son bateau chavire deux fois, perd son mât. Puis, chavire une troisième fois et s’immobilise… quille en l’air.
Thierry revêt alors sa combinaison de survie. Il doit sortir pour se signaler, mais n’arrive plus à rentrer dans sa coque retournée. Quand un avion lui largue un radeau de survie, il s’éloigne de son bateau, pour le rejoindre… Mais, le radeau a été endommagé par le largage.
« Une grosse vague arrive et je me retrouve emporté dans ce radeau à moitié détruit. La déferlante me roule dans le radeau… Le peu de radeau qui restait, explose ! Là, il faut être froidement lucide… Je risque de faire mon trou dans l’eau. J’accepte. Pas de panique. Voilà, ça fait des années que je navigue. Depuis tout petit, on m’a dit que ça pouvait arriver.
C’est arrivé à des copains… C’est peut-être mon tour, aujourd’hui. Mais, pour l’instant, je m’accroche au peu qu’il y a. Y a un avion qui me cherche. Moi, je flotte. Bon, ben voilà, pas de panique, j’attends. J’essaye de faire des choses, pour aider à ma survie
. »

D'autres mesures de sécurité

Les infractions et leurs sanctionsLes sources légales et règlementaires sont : • Code disciplinaire et pénal de la marine marchande (loi du 17/12/1926) ; • Code pénal (art 223-1, 434-10, 314-1, 314-10, 610-5) ; • Loi du 1er avril 1942 relative à la règlementation des titres de navigation ; • Loi du 5 juillet 1983...
Le mémento sécurité    Télécharger le Mémento. Rappels administratifs Autocontrôles individuels Contrôles navire Prévention des accidents du travail Risque incendie Prévention des abordages en mer Équipements individuels de protection Déclenchements des secours Moyens d’alerte visuels Abandon du navire Récupération d’un homme à la mer Premiers secours Déclaration d’accident Contacts utiles Rappels administratifs Limites des permis...
Modalités et nouvelles conditions d'utilisationLes émetteurs-récepteurs du service mobile maritime dans la gamme des ondes métriques (VHF) sont des éléments importants de sécurité pour la navigation de plaisance et l’organisation des secours en mer. Afin de favoriser leur emploi par les plaisanciers, de nouvelles conditions d’utilisation de la VHF entrent en vigueur. Les obligations dépendent...
Toutes nos mesures de sécurité